x En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus...
>> Recherche avancée
Actualités
L'œil de l'expert
L'œil de l'expert

Emballage agroalimentaire : l'allègement des plastiques comme sources d'économies

Mercredi 26 Mars 2014  |  L'œil de l'expert
Emballage agroalimentaire : l'allègement des plastiques comme sources d'économies

La réduction du poids des emballages se positionne comme l’une des réponses aux attentes des consommateurs et à la prise en compte de l’environnement. Outre ces considérations, l’allègement des emballages est un moyen efficace d’économiser sur le coût des matières en réduisant la taille des packagings, en concentrant le contenu. Et dans cette période difficile, toutes les économies sont vitales.

67% des fabricants d’emballages agroalimentaires considèrent la réduction des coûts comme étant un axe d’innovation pour leur produit. (1)

 

 

Entre exigences des consommateurs et initiatives des fabricants

Des consommateurs de plus en plus exigeants

Les consommateurs français sont plus de 68% à solliciter des produits avec moins d’emballage (Données Sociovision 2010).Sensibilisés de plus en plus au respect de l’environnement, certains de ces consommateurs sont intransigeants et rejettent les marques qui ne sont pas investies dans une démarche plus « éco-responsable » au sein de la fabrication et de la gestion de fin de vie de leurs produits.

Un règlement qui pousse les entreprises à la réduction

En 2007, le Grenelle de l’environnement a fixé un objectif de réduction des emballages de 100 000 tonnes. Cinq ans plus tard, l’objectif est atteint ! Plus de 500 actions et bonnes pratiques ont été réalisées. L’industrie agroalimentaire s’est particulièrement impliquée dans cet engagement, avec plus de 90% des initiatives. Le secteur des boissons, vins et spiritueux, représentent à lui seul 77% des efforts de réduction de poids. Le plastique arrive également en tête des matériaux qui enregistrent le plus d’initiatives (44%).

Les efforts indéniables des fabricants, des bénéfices à la clef

Malgré la perception encore altérée des consommateurs sur les efforts faits par l’industrie, les fabricants d’emballage agroalimentaire ont fait évoluer leurs méthodes de production pour se rapprocher des exigences du développement durable.

Ils déploient différents leviers pour réduire leurs emballages : baisse des dimensions, allègement des matières, concentration des produits, diminution du suremballage, optimisation à la source par l’éco-conception…

En réduisant le poids des emballages, les fabricants peuvent obtenir divers bénéfices :

  • en matière de réduction de coûts : avec une économie de matières, d’énergie (utilisée lors du processus de production) et de transport avec l’augmentation des quantités de stockage par camion.
  • en matière d’image : l’entreprise bénéficie d’une amélioration de son image, perçue comme plus responsable et « propre ».
  • en matière d’impact sur l’environnement : car moins d’emballages signifie aussi moins de déchets plastiques.

 

 Exemples concrets:

  • Choix d’un matériau optimisé : Knauf Industries a lancé une nouvelle barquette ultra légère en polystyrène expansé pour le conditionnement de steacks hachés. La barquette ne pèse désormais plus que 7g et permet un gain de stockage d’environ 40% pour le transport puisqu’elle est emboitable. Cette conception très précise par allègement de la matière a permis une économie de plastique de presque 50%.
  • Concentration du produit : la marque distributeur Casino a opéré de fortes modifications sur ses emballages produits entre 2009 et 2012. Le packaging de la lessive liquide de la marque a fait l’objet d’une réduction de 18% de son poids en 2012. Ce gain résulte de l’action de concentration de la lessive qui a permis, et pour le même nombre de lavages, de remplacer le bidon de 5L par un bidon de 3L.

 

L’éco-conception : une démarche de réduction à la source

Les réalisations de Casino et de Knauf Industries ont été pensées et conçues « à la source », dans une démarche d’éco-conception. Dans un objectif de réduction du poids d’un emballage, l’éco-conception est indispensable puisqu’elle intervient lors de l’idée même du produit ou de son amélioration.

En effet, cette démarche d’entreprise consiste en l’amélioration de l’impact écologique d’un produit dès sa conception et tout au long de son cycle de vie : choix des matières, process de fabrication, distribution, recyclage.

Ces dernières années, l’éco-conception est devenue l’un des leviers d’innovation des fabricants d’emballages, complétement intégrée dans leur cahier des charges. Selon les résultats de l’Observatoire de l’Emballage 2013, ils sont 42% à penser que l’éco-conception est un axe de développement majeur de leurs produits.

 

Le PET, au centre des « innovations »

Les emballages en PET se développent fortement depuis plus d’une dizaine d’années et sont particulièrement appréciés par les fabricants de boissons. En outre, le PET est également présent dans les conditionnements de fruits et légumes, de produits cosmétiques ou d’entretien.

Le PET est apprécié pour sa transparence, sa légèreté et sa résistance. Ces propriétés en font un plastique à la pointe de l’innovation :

  • En 20 ans, de gros progrès ont été réalisés dans l’allègement des bouteilles de 1,5L, passant de 42g à moins de 23g. L’amélioration continue des connaissances au niveau de l’allégement des matières permettront d’ici quelques années d’aller encore plus loin et de fabriquer une bouteille passant sous la barre des 20g. En sachant que le PET peut représenter jusqu’à 75% du coût total d’une bouteille, la nécessité de réduire son poids est indispensable pour les fabricants.

 

  • Le PET envahit des secteurs dans lequel il était jusqu’à présent inexistant. Le Groupe Carlsberg a récemment lancé une bouteille de bière 33cl en PET 100% recyclable. Le groupe réfléchit actuellement à une façon de mesurer le potentiel de réduction du volume des bouteilles, de leur poids et de leur émission de CO2.

 

 

La réduction de poids est source de réelles économies pour les fabricants d’emballages.
Cette économie de matière se répercute à la fois sur leurs coûts de fonctionnement comme l’énergie ou le transport, et également sur l’image des fabricants, alors perçus comme étant plus écologiquement responsables. Une prise en compte de l’environnement qui peut également se concrétiser avec l’utilisation de matières recyclées ou de plastiques bio-sourcés.

 

(1) Source : Observatoire de l'emballage 2013

 

« Retour