x En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus...
>> Recherche avancée
Actualités
Témoignages
Témoignages

ADC+ : les ingrédients pour une formation réussie

Lundi 27 Avril 2015  |  Témoignages
ADC+ : les ingrédients pour une formation réussie

L’Action de Développement des Compétences (ADC+) est une initiative d'Allizé-Plasturgie, du GEP en étroite collaboration avec l'OPCA DEFI, porteur du projet. Le CFP en est le prestataire retenu. Cette opération vise à favoriser la compétitivité des industriels de la plasturgie et à les soutenir dans leurs besoins de formation en Rhône-Alpes.

En 2015, grâce à l’ADC+, le CFP va former 150 salariés aux CQP Plasturgie sur la région Rhône-Alpes.

Quelle est la recette efficace pour un bon déroulement d’un stage intégré à ce dispositif ADC+? Quels sont les ingrédients nécessaires ? Quel est le bon dosage pour une formation réussie ?

Goûtons de l’intérieur aux saveurs du dernier CQP Conducteur d’équipement de fabrication labellisé ADC+, qui s’est terminé en mars dernier à Oyonnax, avec un florilège de témoignages, côté formateur et stagiaires.

 

Mettre en place une bonne cohésion de groupe

Attentes différentes, cultures d’entreprise diverses, personnalités et parcours variés… un temps de formation c’est d’abord un mélange, un melting pot, auquel il va falloir trouver le bon liant pour en extraire la meilleure alchimie possible. Il est donc primordial que l’ambiance et la cohésion soient au rendez-vous. « Alors, j’agis sur une cohésion de groupe, la mise en commun de valeurs d’atteindre des objectifs, la fierté d’un savoir-faire, la mise en place d’un esprit de groupe… », évoque Antoine Latorre le formateur pilotant le CQP. Pendant le stage, son leitmotiv a été donc de fédérer le groupe autour d’objectifs communs et de valeurs communes.

Il n’existe pas de groupe idéal. Chacun possède ses qualités et ses défauts. Il est donc essentiel d’accepter « les différences, les différentes manières de penser, de travailler… », constate-t-il. Un groupe est souvent pluridisciplinaire. « Il faut tenir compte de nombreux paramètres : la diversité des profils des stagiaires (leurs attentes, leurs expériences, leurs motivations), la culture de leur entreprise (le secteur d’activité, les procédés, les matériaux); mais aussi la différence d’âges, de centres d’intérêts, de religions et également de valeurs » remarque-t-il.

Un groupe peut être réellement qualifié de cohésif si ses membres prennent plaisir à se côtoyer et s’ils œuvrent en même temps à l’atteinte d’un but collectif. « Selon mon expérience, la réussite du CQP de mes stagiaires n’était pas possible sans une bonne cohésion de groupe » affirme-t-il.

 

100 %

des stagiaires ont été très satisfaits du stage(1)

 

 

Transmettre des connaissances et enseigner des compétences

La transmission de connaissances acquises au cours d’une formation favorise l’amélioration des performances du salarié dans son travail quotidien. « Lors de ce stage, j’ai pu comprendre l’utilité de mes gestes au quotidien : à quoi ils servent, comment les améliorer… J’ai également gagné en assurance » (2) affirme une stagiaire suivant le CQP.

98,7 %
des stagiaires ont acquis des connaissances au cours du stage(1)

 

Les entreprises sont de plus en plus confrontées à la question de la gestion des compétences et notamment à la transmission des savoir-faire. La pyramide des âges et les difficultés à recruter certains profils techniques qui se font rares, accentuent ce phénomène.

Aujourd’hui l’enjeu majeur des entreprises est de maintenir leur compétitivité tout en conservant les compétences clés des salariés. « L’ADC+ nous a permis de maintenir l’employabilité de nos salariés » précise le Directeur d’une PME en Rhône-Alpes.

La réussite d’une formation réside dans son contenu qui doit répondre aux besoins immédiats des stagiaires : les objectifs d’apprentissage doivent être bien définis en amont par rapport à leurs attentes et être en adéquation avec leurs profils. C’est en cela que réside tout l’intérêt des CQP, qui de surcroît valorisent les compétences acquises avec une certification reconnue par la filière à l’issue de la formation : « Formation très bien passé, objectif atteint, j’ai obtenu beaucoup d’informations sur mon domaine : la plasturgie » explique une stagiaire.

100 %

des stagiaires ont atteint leurs objectifs compte tenu des attentes retenues en début de formation(1)

 

 

La réussite du CQP Conducteur d’équipement de fabrication dans le cadre de l’ADC+ peut se résumer ainsi : « La réussite revient à mes stagiaires tout particulièrement car ce groupe est devenu rapidement très ouvert, ils ont été tout de suite très sérieux, intéressés et curieux. Il y a eu beaucoup d’échanges, d’écoute et tout ça dans la bonne humeur » confirme le formateur. Les ingrédients principaux d’un CQP réussi sont : une forte motivation des stagiaires donc, mais aussi un zest d’expérience et de talent des formateurs : « Grâce à des formateurs performants et expérimentés, le stage a été très positif et enrichissant. Rien à redire. Complétement satisfaite » conclue une stagiaire.

 

(1) Chiffres issus de l’évaluation effectuée à l’issue du CQP Conducteur d’équipement de fabrication
(2) Impressions recueillies à l’issue du CQP Conducteur d’équipement de fabrication

 

« Retour