x En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus...
>> Recherche avancée
Actualités
Témoignages
Témoignages

Métiers de la plasturgie : se former grâce aux CQP

Mardi 23 Juillet 2013  |  Témoignages

Face à une pénurie de main d’œuvre en plasturgie dans l’est du département de la Haute-Loire, le CFP, Pôle Emploi, Allizé-Plasturgie Auvergne et les OPCA ont œuvré de concert, avec sept industriels plasturgistes du bassin de Sainte-Sigolène, pour proposer une solution basée sur le CQP.

Une qualification…

Neuf demandeurs d’emploi ont ainsi été formés durant 4 semaines sur un Contrat de Qualification Professionnelle (CQP) de la Plasturgie, en POE individuelle. Avec, à la clé, une qualification de la branche : un CQPP "Conduite d’équipement de fabrication en gaine".

Les stagiaires ont bénéficié d’un enseignement dispensé par les formateurs du CFP sur les machines mises à disposition par Henri Grange de la société JM Technologies : "nous voulions offrir de bonnes conditions d’apprentissage à ces personnes. L’industrie a toujours cette image négative et fausse. C’est donc difficile de trouver des gens qui acceptent de faire notre métier. Il offre pourtant de belles perspectives de carrière…" (1)

… et un emploi

Sept industriels du bassin de Sainte-Sigolène ont joué le jeu et se sont engagés à recruter un stagiaire demandeur d'emploi sur un contrat de 12 mois à l’issue de la formation : F2DP Industries, 3P Profil, API, Bancet, Barbier, Leygatech et JM Polymers.

"Le contrat de qualification pro, c’était le tremplin idéal"
Anthony Schopf, 30 ans
"La plasturgie, c’est un secteur qui a de l’avenir. On peut avoir des perspectives de carrière intéressantes. Il faut avoir de la motivation. Le Contrat de qualification pro, c’était le tremplin idéal.Nous avons eu le temps d’apprendre sur de l’excellent matériel et dans des conditions parfaites. En entreprise, ça aurait été plus difficile, notamment sur le volet théorique qui nous a même permis de faire de la chimie !" (1)

 
(1) Source : Le Progrès – Economie – juin 2013.

« Retour