x En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus...
>> Recherche avancée
Actualités
L'œil de l'expert
L'œil de l'expert

Cobotique ou une étroite collaboration entre les robots et les hommes

Mercredi 07 Septembre 2016  |  L'œil de l'expert
Cobotique ou une étroite collaboration entre les robots et les hommes

Qu’est ce que la cobotique ?


La cobotique (ou robotique collaborative) est une technologie émergente qui permet aux hommes d’être assistés dans leurs tâches par des robots, en automatisant une partie de leur travail. L’alliance entre l’humain et le robot permet de garder les compétences décisionnelles et analytiques des opérateurs tout en apportant de la sécurité, du confort ou encore de la précision. Si la cobotique reste aujourd’hui minoritaire dans l’industrie (les robots collaboratifs représentent moins de 2 % des robots industriels), leurs ventes ne cessent d’augmenter. Avec 4 300 unités vendues dans le monde en 2015, contre 2 500 en 2014, cette nouvelle forme de collaboration prévoit un bel avenir.


Les opportunités et limites de la cobotique


Cette innovation représente une opportunité pour les entreprises françaises pour plusieurs raisons :

  • Raison budgétaire : un cobot coûte en moyenne 10 fois moins cher qu’un robot industriel classique. Majoritairement composée de PME, l’industrie française pourrait se doter plus rapidement de cette technologie.
  • Raison sécuritaire : L’utilisation d’un cobot permet d’améliorer la sécurité et le confort des opérateurs dans les entreprises. Dorénavant des robots exécutent des tâches à haut risque, ce qui fait sensiblement baisser les risques d’accidents dans les structures.
  • Raison opérationnelle : La cobotique apporte une facilité de programmation qui représente un argument de poids notamment dans la facilité de mise en place dans les structures en terme de rapidité et de besoin de formation.
  • Raison de productivité : Le croisement des compétences humaines et des facultés robotiques donne lieu à une synergie et de de meilleurs performances sur les postes de travail.


Même si le cobot est plus facile à intégrer qu’un robot industriel traditionnel, les entreprises doivent repenser l’organisation et travailler avec les opérateurs pour intégrer cette nouvelle technologie.
Les fabricants de cobots cherchent également à améliorer la performance et la rapidité des robots sans pour autant oublier la sécurité des agents. La société francaise Saubli a dans ce sens développée un scanner laser qui permet aux cobots de déterminer la proximité d’un opérateur afin d’adapter sa vitesse de fonctionnement. L’objectif est de proposer un robot collaboratif qui va vite pour répondre aux hautes cadences du monde industriel, tout en limitant son encombrement, sont coût d’intégration et les risques liés à son utilisation.


Une formation spécialisée pour les utilisateurs de demain


La France pourrait se distinguer par son haut niveau de compétence. Dans cette optique, l’Ensam a annoncé le lancement sur son campus lillois de ColRobot, un nouveau master spécialisé en robotique collaborative. La formation, a pour objectif de former des ingénieurs roboticiens capables d’intégrer cette nouvelle robotique en entreprise. Plusieurs compétences spécifiques sont requises : la mécatronique, l’utilisation des algorithmes et l’intégration de l’homme dans l’usine.

« Retour