x En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins promotionnelles et/ou publicitaires, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Pour en savoir plus...
>> Recherche avancée
Actualités
L'œil de l'expert
L'œil de l'expert

La maintenance industrielle… anticiper, c’est ne pas subir !

Jeudi 20 Juin 2019  |  L'œil de l'expert
La maintenance industrielle… anticiper, c’est ne pas subir !

Que les équipements soient flambants neufs ne leur garantit jamais une vie éternelle quoi qu'en dise le contrat de garantie. « Chaque solution apporte de nouveaux problèmes », dit la Loi de Murphy. Et si les équipements sont efficaces malgré leur âge, il n'y a pas de miracle, c'est qu'ils ont été bien entretenus.

Dans un objectif de compétitivité, les entreprises aux activités liées à la plasturgie ont dû intégrer, au fil des années, des équipements de production relativement complexes.

Par souci de flux continu, pour raccourcir les étapes, les délais et les coûts, les machines sont devenues de véritables lignes de production.

Ces équipements de production, de parachèvement ou de finition ne sont donc plus conçus pour une seule technique de production qui nécessitait des opérations de reprises consécutives mais intègrent dorénavant des fonctions et des process complémentaires.

Cette évolution a été d’autant plus rapide que les technologies d’automatisation ont évolué avec la miniaturisation des systèmes électroniques, la croissance de la puissance des programmes des automatismes et par là même des possibilités qui sont offertes dorénavant.

Il en résulte des composants nouveaux : des systèmes motorisés numériques, un choix de composants et d’actionneurs pneumatiques considérable, des systèmes de préhensions compactes aux multiples possibilités, des contrôles de présence sans contact, des capteurs de position optiques, et de plus en plus de système de contrôle par caméra.

La maintenance doit être préventive, systématique et conditionnelle pour éviter les pannes.  Elle doit être curative pour remédier aux pannes et aléas, et palliative pour travailler sans arrêter les équipements en attendant un dépannage finalisé. Et idéalement, la maintenance doit être évolutive pour améliorer les équipements et ainsi augmenter la fiabilité et la longévité.

Dans le but de maintenir les équipements dans un état de fonctionnement optimum, ces connaissances de maintenances et d’automatismes sont nécessaires pour les opérateurs, les conducteurs de lignes, mais aussi pour les techniciens de production pour non seulement en assurer la maintenance (de niveau 1), mais surtout pour avoir la compétence d’établir une analyse et un diagnostic précis d’un dysfonctionnement afin d’en évaluer la complexité.

Ceci permettant de savoir si un dépannage simple peut être fait par leur soin, ou bien si l’intervention du service Maintenance – automatisme est nécessaire.

Il en est de même pour la maintenance des outillages qui intègrent eux aussi des fonctions de mouvements, des détections, des cellules, des capteurs...

Non seulement, le diagnostic qui est transmis à ces services supports est primordial pour agir rapidement, mais l’emploi d’un vocabulaire technique adapté permet de localiser la défaillance et les éléments d’automatismes concernés.

 

Un espace dédié à la maintenance et à l’automatisme au CFP

Une cellule maintenance et automatisme a été mise en place au sein de la plateforme technologique de Lyon.

 

La formation « Connaissances des techniques de maintenance » apporte la méthodologie et le savoir-faire pour assurer la maintenance de niveau 1 à l’atelier ou sur presse.

  • Pour qui ? Opérateurs, conducteurs ou techniciens assurant les changements de fabrication, techniciens de maintenance
  • Pré-requis : Aucun pré-requis spécifique pour cette formation
  • Lieux & dates : Du 2 au 4 décembre 2019 à Lyon

 

> Plus d'informations et inscription

« Retour